La Green Room > Le club

Les actualités qui vous marquent!

<< < (2/1912) > >>

Scooch:
Un petit air d'Italie... et de cocaïne

ROME (Reuters) - Des scientifiques italiens ont découvert que l'air de leur capitale, Rome, contenait des particules de cocaïne et de marijuana, ainsi que de caféine et de tabac.
Selon l'étude, la concentration de particules de drogue dans l'air augmente lorsque l'on se rapproche de l'université de la Sapienza, même si le Dr Angelo Cecinato, qui dirige le Centre national de la recherche, a mis en garde contre des conclusions hâtives qui pourraient être tirées sur les loisirs des étudiants.

La concentration de cocaïne dans l'atmosphère romain, de 0,1 nanogramme par m3, est plus importante pendant les mois d'hiver, ont indiqué les chercheurs

Tom Pillibi:

--- Citation de: séverine 71 le 05 juin 2007 à 14:43:58 ---"Mon projet est de transformer cette montagne mythique du Mont-Blanc en Mont Rouge et de décréter la naissance d'un Etat souverain, le +Pink State+", a-t-il expliqué par téléphone.
--- Fin de citation ---

Marie Thérèse est au courant ???
Il faut qu'elle y aille, elle ne peut pas manquer ça  ;D ;D ;D ;D ;D ;D

- Pollux -:
A mon avis, à Copenhague, les concentrations sont encore plus fortes!!  ;D

Le "Pink State", c'est un état pour notre Jef ça!  :-*

shalimar:

--- Citation de: Pollux! le 05 juin 2007 à 17:39:34 ---A mon avis, à Copenhague, les concentrations sont encore plus fortes!!  ;D

Le "Pink State", c'est un état pour notre Jef ça!  :-*

--- Fin de citation ---

On m'a déjà contacté pour m'offrir le trône... vous serez tous invités au couronnement !!!
Mais les smokings Shocking Pink sont exigés, vous êtes prévenus  ;D

Bugia:
Ca s'est passe dans le Bugey, et c'est l'article le plus recommande du Monde aujourd'hui !




Voici une petite histoire que nous venons de vivre. On peut s'autoriser à penser qu'elle est révélatrice d'un certain état d'esprit post-victoire sarkozyste", annoncent Les Ogres de Barback sur leur page My Space. Le groupe a publié en ligne, le 31 mai, un courrier reçu du maire UMP d'Oyonnax Jacques Gobet, "suite à un concert donné au centre culturel Aragon à Oyonnax [Ain] le samedi 5 mai". Le maire y dénonce un "incident au cours duquel le spectacle a servi de prétexte à une action de propagande politique dirigée contre l'un des candidats à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, et en faveur de son adversaire, Ségolène Royal".

 
Le maire estime "l'incident" d'autant plus inacceptable que la campagne officielle, en ce jour de veille de second tour, était close. Il souligne également que la ville, qui a payé les artistes et mis une salle à disposition, a "voté Sarkozy à plus de 60 %".

Contactée, la mairie d'Oyonnax reconnaît l'authenticité de la missive, "motivée par des plaintes de spectateurs, probablement favorables à Nicolas Sarkozy", qui se sont dits choqués de la "propagande" des Ogres de Barback.

"REBAPTISEZ" LE CENTRE, CENTRE JOHNNY HALLIDAY OU DOC GYNÉCO

En réponse, le groupe a mis en ligne le courrier, ainsi qu'une lettre moqueuse. L'échange circule depuis par e-mail. "Il n'y a eu aucun incident lors de notre représentation, écrivent les Ogres. Un passage vidéo de notre spectacle, non relayé par la moindre intervention orale des membres de notre groupe qui plus est – ce qui serait pourtant notre légitime droit d'expression –, a semble-t-il dérangé l'un(e) des élu(e)s de votre commune. Cela s'arrête là." Les Ogres de Barback estiment "profondément dommage" que le maire d'Oyonnax considère que le devoir de neutralité en fin de campagne présidentielle s'applique aux artistes, et non aux seuls "agents de l'Etat" et aux médias.

Au Conseil constitutionnel, on précise qu'"une intervention de musiciens en faveur d'un candidat à l'occasion d'un concert n'entrerait pas dans le champ de l'interdiction de propagande la veille du scrutin, dans la mesure où celui-ci a été présenté comme un événement musical". "Il en aurait été autrement si ce concert avait été organisé par un des candidats ou son parti", ajoute-t-on. Ce n'est pas le cas.

Les Ogres de Barback ironisent : "Une ville devrait, pour les dépenses qu'elle prend en charge au niveau culturel tout au moins, tenir compte, en pourcentage, de l'orientation politique de ses habitants. Il faudrait donc accueillir, à cachets équivalents, trois spectacles estampillés 'de droite' pour deux autres que vous présenteriez 'de gauche'". Après avoir conseillé au maire d'Oyonnax de rebaptiser le centre culturel Aragon du nom de Johnny Halliday ou Doc Gynéco, les Ogres de Barback promettent la mise en ligne "très prochainement" du "lien vers la vidéo diffusée sur scène, qui est à l'origine de toute cette pauvre histoire".

Le maire d'Oyonnax n'a pas pour l'instant envoyé de nouvelle lettre.





Alexandre Piquard






 


Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

[*] Page précédente

Sortir du mode mobile